Bonjour toi 😉

Je partage la suite de Marie-Sophie…

Le camion de déménagement est reparti et mes meubles ont pris leur place. La maison est spacieuse et je m’y sens bien. J’ai l’impression immédiate que j’ai trouvé mon chez-moi.

Morgan est venu nous aider. Il m’a saluée comme si de rien n’était et que nous nous étions quittés la veille. Enzo et lui ont fait ami-ami aussitôt. Mélusine l’a embrassé puis s’est affairée à ranger son bazar dans la pièce qu’elle s’était choisie.

Je me pose et regarde autour de moi. Morgan s’approche. Il avait apporté du miel. La fenêtre de la cuisine est ouverte et j’entends les oiseaux chanter. Le parfum de la nature m’envahit.

— Je fais chauffer de l’eau pour un thé ? Tu as ça dans tes placards ?

Mélusine qui apparait comme par magie ouvre une porte et lui désigne la boite. Il s’active sans dire un mot.

Mon amie s’approche de moi, son fils dans les bras. Il suce sa tétine et ne va pas tarder à s’endormir.

— Tu as tout ce qu’il te faut pour sa chambre, m’inquiétais-je ?

— Du moment qu’il a son doudou, tout va bien, me rassura-t-elle.

— Tu ne regrettes rien ?

— Du tout.

— Même pas Archibald ?

Elle éluda la question et répondit :

— Je vais coucher Enzo.

J’entendis l’eau qui tremblotait dans la bouilloire, Morgan qui attrapait les mugs et touillait le miel. Je ne le regardais pas, mais tous les bruits me parvenaient comme au ralenti. Je le sentis s’approcher de moi. Je me tournais vers lui, il me tendit ma tasse.

— Nous fêterons votre arrivée plus dignement plus tard.

Toujours ce vouvoiement qui mettait une barrière entre nous. Ses yeux ne me lâchaient pas.

— Merci.

Mélusine revenait. Elle prit le mug préparé pour elle sur la table et se joignit à nous. C’est ainsi que nous découvrirent Célestine et Charles.

— Alors ?

Charles s’approcha de moi et m’embrassa.

— Bien installée ?

Il fixa sur la tasse et haussa les sourcils.

— De l’eau chaude ? Tu n’as rien de mieux à offrir mon garçon ?

Morgan sourit.

— Plus tard.

Mais Charles ne voulut rien savoir. Il se tourna vers Célestine.

— Vous ne dites rien à votre fils ? Vous n’êtes pas d’accord ?

Ils m’attendrissaient tous les deux. Elle distinguée dans sa robe parme et ses petites chaussures assorties, lui avec sa salopette en jeans et sa chemise à carreaux. J’entendis pour la première fois sa voix, douce comme une caresse.

— Morgan ?

Je contemplais la mère et le fils et je compris en un instant l’amour qui les unissait et le respect qu’ils avaient l’un pour l’autre.

Il s’inclina, s’excusa et repartit vers sa maison.

— Ne t’inquiète pas, petite, il n’a pas loin à aller.

Charles avait posé sa main sur mon épaule. Mélusine s’approcha de moi et passa un bras autour de ma taille. C’est alors qu’un bruit de voiture retentit.

J’entendis Morgan parler. Je sentis que Charles pressait davantage mon épaule et Mélusine se dégager puis me prendre la main. Morgan n’était pas seul, il discutait avec quelqu’un.

Je les vis apparaitre tous les deux au fond de mon jardin, ils poussèrent le portail en bois.

— Regardez qui j’ai trouvé !

Archibald tout sourire me tendait les bras.

— Tu n’as quand même pas imaginé que tu allais partir sans m’embrasser ?

Stupéfaite, je me laissais câliner par mon meilleur ami.

— Alors ? On l’a boit, cette bouteille. Tu as bien des verres quelque part, petite ?

A très vite…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s