Catherine coiffa son chapeau !

Les moqueurs l’appelaient son plumeau !

Elle n’en avait cure,

Il lui donnait fière allure.

Affublé de son couvre-chef,

Qui mettait son visage en relief,

Elle arpentait les rues

De son pas soutenu.

Chaque année le 25 novembre,

Elle ressemblait à s’y méprendre

À une de ces femmes vintages

Fières de leur apanage.

Sa chevelure à moitié cachée,

Elle se sentait belle et aimée.

Pourtant, pas d’homme à son bras

Seule à tout jamais, elle restera.

Il était parti un matin

Sur son bateau, le marin.

Jamais, il n’était revenu.

Il était porté disparu.

Ce chapeau, il lui avait offert

En l’embrassant, un soir d’hiver.

Il était parti après un baiser

Le 25 novembre de l’année.

Voilà pourquoi aujourd’hui,

À demi-cachée, de ses yeux la pluie,

Coule sans retenue

Pour son amour perdu.  

2 réflexions sur “Catherine et son chapeau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s