Journal d’Oxybulle – 3

Coucou les amis 🐕

Ce matin, branle-bas de combat, IL descend les sacs.

ELLE y range ses affaires donc, j’en conclus qu’elle va partir. Je suis en panique à chaque fois même si je sais qu’ils vont m’emmener. Du coup, je me mets dans leurs pattes. IL râle parce qu’il ne peut pas passer et qu’il me marche sur la queue alors qu’ELLE me parle gentiment pour me rassurer et me montre qu’elle prend mon panier de voyage, ma trousse de toilette et mes croquettes.

Trousse d’Oxybulle avec brosse, parfums, et élastiques dans la boîte JET SET.

Quand même pour être certaine qu’ils ne m’oublient pas, je reste scotchée près de mon panier, ça les fait rire, pas moi.

Enfin, elle prend ma laisse. Je n’osais pas m’asseoir dessous l’endroit où elle est accrochée, ça voudrait dire que je lâchais mon panier. Je respire. J’ai vu qu’elle a nettoyé mes gamelles et a tout emballé dans mon sac fleuri. Celui-là je sais qu’il est à moi.

Sac de rangement Oxybulle

Où part-on ? La voiture, j’aime et je dors. Sauf quand ELLE se regarde dans un drôle de truc, je m’y vois dedans aussi et ça me flanque la pétoche alors je gémis et ça la fait rire. ELLE dit  Mais c’est moi, n’aie pas peur. Du coup, je me rassois et ferme les yeux. Je la surveille, je suis certaine qu’elle ne s’en rend pas compte.

Quand IL s’arrête et baisse sa glace, je lève la tête. Il prend quelque chose et il redémarre.

Ah je reconnais l’endroit où on va. C’est chez Papy et Mamy. Je les appelle comme ça parce c’est ce qu’ils disent. Ils m’aiment eux aussi, ils me caressent et je leur rends bien en faisant la folle. Je cours partout pour me dégourdir les pattes. Il y a de place là-bas, j’adore monter jusqu’en haut du jardin et revenir en courant vers eux. En plus je suis fière, parce qu’IL dit toujours que ma queue en panache est belle et que je ressemble à un cheval au galop quand je passe à toute allure près d’eux.

Mais… qu’est-ce que c’est que ça ?

J’en ai déjà vu mais pas ici. Voyons ça de plus près !

Encore plus près.

J’aboie et montre mon mécontentement. C’est chez moi ici !

Ces bestioles sont aussi surprises que moi. Celle-là est plus grosse que les autres et elle souffle. Il y en a même qui font Meu. C’est un drôle de bruit, elles ne peuvent pas faire comme moi ? Whoua !

J’ai bien compris que je ne risquais rien alors je fais la maligne.

Elles arrivent de tous les côtés pour venir me regarder. Alors je m’assois.

Un vrai spectacle !

Désolée mesdames, j’ai autre chose à faire. J’ai soif !

J’adore jouer aux humains et boire comme eux.

Même si ce n’est pas trop pratique.

À la prochaine les amis 🐕.

À très vite…