L’impossible pardon – Martine Delomme

Bonjour toi 😉

Comme promis, voici mon retour de lecture de la suite de Après les ténèbres.

Force du destin ? Hasard malheureux ? Le monde de Marion vacille avec le retour de celui qu’elle a aimé avec passion huit ans plus tôt. Et dont elle n’a pas pardonné les silences et l’abandon…
Marion, femme dans la tourmente qui s’engage aussi, par son métier de journaliste, à faire toute la lumière sur un trafic de vin dans sa région de Montauban.

Il y a huit ans, Fabien a disparu sans explication, quittant la France et Marion, son bel amour. Un choc familial puis une longue errance l’ont fait changer de vie, il est devenu propriétaire de vignoble. Mais, force du destin ou jeu du hasard, à Montauban, il revoit celle qu’il a tant aimée. Marion a tourné la page, non sans douleur. Elle a épousé Romain qui travaille lui aussi pour la filière viticole et qui a adopté son petit garçon. A ces retrouvailles qui viennent troubler son bonheur tranquille, une affaire de vin frelaté expose Marion, journaliste d’investigation pugnace, à de nombreux dangers…
Avec la résurgence du passé, sombre et douloureux, les anciens amants devront faire face à leurs sentiments exacerbés, et à leur difficulté à trouver le chemin du pardon.
Tant de secrets et de non-dits les ont séparés…

Comme je te l’ai dit, c’est en découvrant le résumé que j’ai compris que ce roman était la suite des aventures de Marion et Fabien.

Ici, je retrouve la jeune femme mariée à Romain et maman d’un petit Lucas de 7 ans. Romain est tonnelier et Marion journaliste.

Fabien s’est installé en Italie. Il y produit du vin et porte maintenant le nom de Fabien Santarelli. À toi de découvrir comment il en est arrivé là.

La rencontre avec Marion n’aurait jamais dû avoir lieu sauf s’il était écrit qu’ils devaient à nouveau se trouver face à face afin de terminer ce qu’ils avaient commencé.

Lorsque j’ai lu le titre de cette suite, j’ai imaginé immédiatement que Marion ne pourrait jamais pardonner à l’ancien notaire sa fuite et son refus de communiquer. Il l’a abandonnée tout simplement.

C’est d’ailleurs ainsi que ça se déroule. Marion ne veut absolument plus parler à Fabien, elle est heureuse avec Romain et a refait sa vie. Quand je réalise que Lucas n’est pas le fils de Romain et qu’il a sept ans, je pense que si je fais le rapprochement facilement entre le départ de Fabien et l’âge du gamin, Fabien va aussi s’en apercevoir rapidement. C’est ce qu’il fait, mais, j’admire sa dignité, surtout lorsqu’il comprend qu’il a tout perdu en fuyant ses responsabilités, 7 ans auparavant. Le passé l’a rattrapé. Quant à Romain, qui ne se doute de rien, j’ai mal pour lui. Mais, c’est quelqu’un de bien, attachant et sympathique, tu t’en rendras rapidement compte au fil des pages.

Seulement, tu te doutes bien qu’un élément déclencheur va perturber tout ce que Marion a réussi reconstruire. À nouveau, elle va devoir faire face à l’impossible et abominable vérité. Vers qui va-t-elle se tourner ? Alors que sa famille est restée présente autour d’elle, c’est à Fabien qu’elle demande de l’aide. Les sentiments très forts qu’ils avaient ressentis l’un pour l’autre n’ont pas disparu.

Fabien est très discret et ne s’impose aucunement dans la nouvelle vie de la jeune femme, il n’en reste pas moins qu’il a encore les mêmes sentiments pour elle et découvrir qu’il est père, le pousse à vouloir s’engager un peu avec son fils, lui qui a tant souffert de l’éloignement d’avec le sien.

L’impossible pardon peut réserver d’étranges surprises. Moi-même, j’ai trouvé certaines réactions de son entourage nobles et généreuses, notamment celle de la maman de Marion.

Le danger rôde, mais de qui vient-il ? Toujours avec brio, la plume de Martine Delomme m’a embarquée dans un suspense qui m’a tenue en haleine jusqu’à la dernière page.

Je te laisse lire cette suite où j’ai rencontré une Marion, à nouveau forte et fragile à la fois.

La semaine prochaine, je te ferai découvrir le tome 2 de La Louve cathare de Mireille Calmel.

Le bazar du Zèbre à pois – Raphaëlle Giordano

Bonjour toi 😉

Je partage avec toi ce retour de lecture. J’aime beaucoup Raphaëlle Giordano. Je l’ai découverte avec Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une. J’ai continué avec Le jour où les lions mangeront de la salade verte puis Cupidon a des ailes en carton. Aujourd’hui, je te parle de son dernier 👇.

« Je m’appelle Basile. J’ai commencé ma vie en montrant ma lune. Est-ce pour cela que j’ai toujours eu l’impression de venir d’une autre planète ? Je n’ai pourtant pas compris tout de suite de quel bois j’étais fait. Peut-être plus un bois de Gepetto que de meuble Ikea.»

Basile, inventeur, agitateur de neurones au génie décalé, nous embarque dans un univers poético-artistique qui chatouille l’esprit et le sort des chemins étriqués du conformisme. De retour à Mont-Venus, il décide d’ouvrir un commerce du troisième type : une boutique d’objets provocateurs. D’émotions, de sensations, de réflexion. Une boutique « comportementaliste »,  des créations qui titillent l’imagination, la créativité, et poussent l’esprit à s’éveiller à un mode de pensée plus audacieux ! Le nom de ce lieu pas comme les autres ? Le Bazar du zèbre à pois.

Giulia, talentueux « nez », n’en est pas moins désabusée de cantonner son talent à la conception de produits d’hygiène. Elle rêve de sortir le parfum de ses ornières de simple « sent-bon » et de retrouver un supplément d’âme à son métier.

Arthur, son fils, ado rebelle, fâché avec le système, a, lui, pour seul exutoire, ses créations à ciel ouvert. Il a le street art pour faire entendre sa voix, en se demandant bien quelle pourra être sa voie dans ce monde qui n’a pas l’air de vouloir lui faire une place.

Trois atypiques, trois électrons libres dans l’âme. Quand leurs trajectoires vont se croiser, l’ordre des choses en sera à jamais bousculé. C’est à ça que l’on reconnaît les « rencontres-silex ». Elles font des étincelles…Le champ des possibles s’ouvre et les horizons s’élargissent.
Comme dans un système de cocréation, ils vont « s’émulsionner les uns les autres » pour s’inventer un chemin, plus libre, plus ouvert, plus heureux…

Louise Morteuil, elle, est rédactrice en chef du Journal de la Ville et directrice de l’association Civilissime.  Elle se fait une haute idée du rôle qu’elle doit jouer pour porter les valeurs auxquelles elle croit : Cadre, Culture, Civisme… Choc des univers. Forte de ses convictions en faveur du bien commun, elle se fait un devoir de mettre des bâtons dans les roues du Bazar du zèbre à pois…

Une galerie de personnages passionnés, sensibles et truculents, des embûches et surprises, des objets aussi magiques que poétiques, de l’adversité et de l’amour, l’art de se détacher des entraves par l’audace, de se libérer de la peur en osant…Ce nouveau roman de Raphaëlle Giordano donne l’envie de mettre plus de vie dans sa vie et de s’approprier la philosophie phare et novatrice du zèbre : « l’audacité ».

« Qu’est-ce que ça pouvait bien être la normalité ? Sûrement un truc qui rassure… ».

Basile est un inventeur génial. J’aimerais bien qu’une boutique comme la sienne existe vraiment.

Exemple : Une boîte de conserve pour ouvrir l’esprit qui porte ce message « Les rêves ne poussent pas dans les boîtes à sardines ». Dans la boîte, 4 sardines alignées avec des antonymes « Généreux ou étriqué ? Constructif ou critique ? Audacieux ou frileux ?
Volontaire ou passif ? Tu penses que ces boîtes ne servent à rien ? Est-ce que ça t’a
fait réfléchir ou sourire ? Donc, elles servent bien à quelque chose 😉.

Les personnages de ce nouvel opus sont très attachants. 

Basile, évidemment, mais aussi Arthur, l’ado, mal dans sa peau au lycée, un artiste de street art non reconnu. Giulia, la mère d’Arthur, un nez talentueux qui s’étiole dans son boulot. Ces trois-là vont se rencontrer dans la boutique du Zèbre à pois. Voilà comment Raphaëlle Giordano appelle les rencontres-silex. Au contraire de celles qui s’éteignent
mutuellement, celles-ci explosent en un véritable feu d’artifice.

Je suis en admiration devant l’imagination de l’auteure qui à partir de situations banales transforme le tout en un savant mélange de découvertes. Il faut oser.

Voilà pourquoi j’aime les romans de Raphaëlle Giordano. J’ai toujours l’impression que tout est possible, qu’il suffit d’un peu d’audacité comme elle l’appelle. Mot inventé qui est une posture mentale positive. Transformer le “oui mais” en “oui et” et ça change complètement la donne. Le oui mais est négatif, le oui et appelle une suite. Avoue, moi la première, combien n’as-tu pas dit à tes enfants oui mais… (ça va te couter cher, ça va être compliqué…).

J’ai relevé dans cet opus des citations comme celle de Lao Tseu : poursuivez l’argent et la sécurité, et votre cœur ne se desserrera jamais. Éternel insatisfait, ose ! Le mental du vrai gagnant Le pire ce n’est pas d’échouer, c’est de ne pas avoir essayé. Franklin D. Roosevelt disait Les gagnants trouvent des moyens, les perdants des excuses.

Évidemment, il y a une histoire. Évidemment, il y a des mécontents. Évidemment, ça ne va pas tout seul dans cette ville où cette boutique dérange parce qu’elle fait peur. Tout ce qui est nouveau et qui sort de l’ordinaire effraie. D’où le retour de notre amie La Peur qui nous accompagne tous, dès lors que tu décides de changer quelque chose à ta vie. Comme dit l’auteure, n’attends pas d’être prêt pour oser, on ne l’est jamais. La Peur s’apprivoise et peut devenir une amie. Pas facile d’avancer avec elle, je le reconnais. Voilà
pourquoi cette boutique fait peur et a failli disparaitre. Avec la peur de l’inconnu,
tu fantasmes et souvent ce que tu t’es imaginé est bien moins terrible.

Ce que j’ai préféré c’est l’invention du détonateur sensoriel. Imagine que tu sentes un parfum qui te ramène à de jolis souvenirs ? Quand tu vas mal, tu le respires et au lieu d’avoir des pensées négatives, tu obliges ton cerveau à penser positif.

Le savais-tu que nous pouvions devenir des ambidextres du cerveau ? Celui-ci est un muscle, avec un entraînement régulier combinons les deux au lieu d’être plutôt gaucher ou droitier du cerveau. Le gauche, tu sais bien, c’est le rationnel et la logique. Le droit, lui, c’est l’émotion, l’intuitif. 

Ce livre est une mine d’idées positives. Il fait du bien. Quand tu le lis, tu imagines que tout est possible. Je me suis reconnue avec mes Exta-projets (exta comme euphorisant, extatique). Je suis certaine que toi aussi tu en as mais que tu ne le sais même pas. Trouve-les… rappelle-toi ceux où tu es dans ta bulle, que rien ne te dérange, que tu es complètement déconnecté parce que tu es en plein dans ton projet. Souviens-toi de celui où tu n’as senti ni la faim, ni la fatigue et que tu as oublié tes problèmes.

Embarque avec Basile et va donc visiter le Bazar du zèbre à pois. Au fait, sais-tu ce qu’est un drôle de zèbre ? Ne serait-ce pas celui qui pense ou perçoit autrement ?

Bonne lecture. La semaine prochaine, je te parle de Dis, t’en souviendras-tu de Janine Boissard.

 

Et toi que lis-tu en ce moment ?

À très vite…

Au cœur des vignes -Elisa Makai

Bonjour toi 😉

Je partage avec toi ce retour de lecture.

Citadine jusqu’au bout des ongles, Rose, une élégante trentenaire, abandonne sa vie parisienne pour être interprète dans un vignoble bordelais. Adieu Paris et ses boutiques … Seule au milieu de nulle part, sans voiture et sans réseau, Rose peine à se faire à cette vie de château. Coincée entre Jing Hao, un étudiant chinois trop entreprenant, et Tom, un éleveur de chevaux arrogant et ténébreux qui n’est autre que le demi-frère de son patron, sa vie est loin d’être tranquille. Malgré ces nombreux obstacles, Rose finira-t-elle par succomber aux charmes de la campagne … et de ses habitants ?

C’est tout d’abord la couverture qui m’a attirée, comme quoi, elle se doit d’être intéressante, quoiqu’on en dise.

Je reconnais que mon choix de livres est particulier, parfois il m’appelle depuis son rayon. Ne ris pas, c’est vrai !

Ici, c’est la couleur printanière puis le titre qui résonne agréablement à mes oreilles, vient ensuite la 4e de couverture. Il ne faut pas se la raconter, elle est aussi importante. Il m’arrive d’être alpaguée par l’illustration et lorsque je lis le résumé, je repose le bouquin.

Je retiens donc qu’une jeune citadine, Rose, quitte Paris pour la campagne, qui plus est s’avère être un château avec des vignes où les réseaux se font rares. Je poursuis et découvre rapidement qu’il s’agit d’une romance. Ça tombe bien, c’est mon genre de prédilection.

L’éditeur Nouvelles Plumes. Je prends.

Sincèrement, j’ai passé un bon moment. Mais si tu t’attends à voir le travail des viticulteurs, respirer le raisin, ce roman n’est pas pour toi. Je suis ici dans une romance pure et dure et dès le début, je sais comment ça va finir. Je ne suis pas dérangée, j’aime ça, c’est simple, c’est romantique.

Je me promène avec Rose qui, j’avoue m’émeut. Une Parisienne qui n’a pas le permis parce qu’elle n’en a pas besoin pour se déplacer dans la capitale, c’est juste. Sauf que débarquée en pleine cambrouse, elle fait comment ? Elle se trouve un scooter, pardi ! Mais elle est un peu empotée la citadine et il ne lui arrive que des catastrophes. C’est là qu’intervient le bel éleveur de chevaux. Bien sûr que c’est cousu de fil blanc, mais j’aime bien. L’histoire est aboutie, je ne te raconte pas tout, je te le laisse le plaisir de la découverte.

C’est une nouvelle plume et je la félicite pour ce roman. Le ton est enlevé, sympathique et sonne juste. N’hésite pas à le lire si tu es fan de romance et de légèreté, tu passeras un bon moment et tu souriras souvent.

Dans un tout autre genre, j’ai terminé de Raphaëlle Giordano, Le bazar du zèbre à pois. Je t’en parle la semaine prochaine.

À très vite…

Avis de lecture

Bonjour Bonjour,

Je partage avec vous un retour de lecture.

Je remercie Isabelle-Marie d’ANGELE de m’avoir envoyé, en service de presse, son roman « Noël à la maison des cœurs blessés ». J’ai découvert la plume pétillante de cette auteure lors de la lecture de son premier ouvrage « M comme MUG ».

Bien que le fait de lire une romance de Noël en été n’est pas très habituel, j’ai pris plaisir à découvrir l’histoire de Philippine et Georges, deux êtres que tout semble opposer et que l’auteure nous conte sous forme d’un récit à plusieurs voix. Ainsi nous découvrons nos deux héros et les nombreux personnages qui les entourent. Philippine est une jeune femme issue d’un milieu aisé, capricieuse, superficielle et naïve au début du roman mais également très fragile. Elle cohabite avec Georges un ami d’enfance, l’homme idéal, chef d’entreprise beau et charmant. Seule ombre au tableau Philippine pense que son ami est gay.

Isabelle-Marie d’ANGELE nous plonge vraiment dans la magie de Noël et nous nous laissons emporter par ses mots jusqu’à « la maison des cœurs blessés ».J’ai beaucoup aimé cette romance contemporaine, tendre et légère où secrets de famille, vengeances, intrigues sentimentales sont au programme et dont les dialogues très vivants tiennent le lecteur en haleine jusqu’au dénouement.

Vous pouvez toujours vous procurer Noël à la maison des coeurs blessés ici version brochée.

Version numérique ici en promotion à 0,99 €. Il est aussi dans l’abonnement Kindle.

Voilà voilà 😊

Monsieur Blue Eyes-Caroline L. & Faustine Teisseire MG

Résumé

La magie des fêtes de Noël rappelle à Hope Evans la perte douloureuse de ses parents.

Enfermée dans son deuil, elle veille à ce que rien ne puisse accentuer sa douleur.

Pourtant, Monsieur Blue Eyes ne l’entend pas de cette oreille. Cet homme mystérieux et arrogant s’acharne à abattre toutes les barrières qu’elle a érigées pour se protéger.

Il la bouscule. Il la rend dingue.

Il l’amène à se dévoiler, tout en lui cachant les parties les plus sombres de sa vie, jusqu’à sa véritable identité.

Quand l’amour arrive aussi soudainement, les dégâts s’annoncent dévastateurs. Cette relation s’apprête à révéler leurs plus sombres secrets.

Hope sera-t-elle assez forte pour faire face aux trahisons qu’elle n’aurait jamais soupçonnées ?

Mon avis

Qui est ce Monsieur Blue Eyes ? Ce bel homme, arrogant, sûr de lui, PDG, qui un soir rencontre par hasard Hope Evans ? Coup de foudre immédiat pour lui, et enragé qu’elle le remarque à peine, il dérape avec sa meilleure amie.

Le décor est planté, et comme toute romance qui se respecte, le jeu de la séduction va se mettre en place. De bons moments de détente font plaisir et se suivent avec joie. C’est un peu comme le beau temps avant la tempête, vous voyez les nuages arriver et vous ne pouvez rien faire pour les arrêter et les empêcher de déverser leur colère.

Hope comme Noel sont tous deux entourés de véritables amis que j’ai vraiment aimés. Ils sont adorables. Hoc l’ami de Noel et Louka celui de Hope sont formidables. Tout au long de l’histoire, ils sont présents et font bloc. Solides tel le roc, ils protègent leur presque frère pour l’un et presque sœur pour l’autre.

Séduction et jalousie ont la part belle dans cette histoire. Je dirais même que la jalousie jalonne les chapitres. Elle monte en puissance. Jusqu’au bout, elle sera à pied d’œuvre et à cause d’elle ou grâce à elle, des non-dits et des secrets seront dévoilés. C’est là tout le dynamisme du roman, écrit à quatre mains.

Je salue le travail des deux auteurs qui ont produit une magnifique romance à déguster comme un bonbon sucré, avec quand même un mouchoir tout proche pour les plus sensibles. Pas d’incohérence dans le déroulement de l’histoire et les sentiments explorés sonnent justes. La plume est fluide et agréable à découvrir.

Le lecteur est tenu en haleine jusqu’à la fin et se demande quand va avoir lieu l’explosion ? Quand la colère voire même la haine va se déverser ? Vont-ils redresser la barre ? Sauver ce qu’il y a sauver ? Accepter l’inacceptable comme la trahison ?

Une seule solution pour le savoir… découvrir Monsieur Blue Eyes sans hésitation !

Les petits papiers de Marie-Lou – Corinne Javelaud

Résumé

Fêlures secrètes dans une dynastie bordelaise.

Dans les années 70, Marie-Lou Beltran, serveuse à L’Auberge du bonheur, vit avec sa fille, Dora, et sa mère, Luce, dans la maison familiale du quartier des Chartrons à Bordeaux. La main verte de Luce et les talents culinaires de Marie-Lou font merveille pour créer un cocon harmonieux.

Un trouble naît lorsque pour son anniversaire, Marie-Lou offre à Dora une magnifique poupée, dénichée chez un antiquaire. Les femmes Beltran constatent bientôt que la poupée suscite des phénomènes étranges.

Un médium prétend qu’elle est habitée par l’esprit d’un proche assassiné. Comment ne pas penser au père de Marie-Lou, Josué, et à son oncle, Féréol, morts en héros sur leurs arpents de vigne à Saint-Émilion, alors sous la botte allemande ?

Prise dans un engrenage de manifestations surnaturelles, butant sur le silence de Luce, Marie-Lou va devoir affronter les démons d’une histoire familiale tourmentée…

Mon avis

Je retrouve avec plaisir la plume de Corinne Javelaud. Une fois de plus, je suis subjuguée par son art de la description et sa manière de plonger le lecteur immédiatement dans l’intrigue.

Je commence donc l’histoire dans les rues de Bordeaux, puis dans l’auberge où travaille Marie-Lou. La présentation des héros est comme à son habitude très concrète. J’imagine très vite Marie-Lou, puis Luce. La boutique d’antiquités de Jean-Marie de la Romière est quant à elle sublime.

J’admire également le climat qui règne chez sa mère, Luce. Une belle maison où je me sens bien et que j’aperçois grâce aux mots distillés de-ci de-là par l’auteur. De plus, les talents culinaires de Marie-Lou sont mis à l’honneur alors je partage les parfums qui s’échappent de sa cuisine. Entre l’une, férue de botanique et l’autre de recettes ancestrales, je suis gâtée et l’ambiance y est très chaleureuse.

Il manque à tout cela un brin de romance. Elle prend les traits de Virgile Vincy. Est-il bien ce qu’il prétend être, je vous laisse le découvrir.

Toute une palette de personnages tient bien rôle, comme Jean-Marie de la Romière, Clovis le cousin de Marie-Lou, sans oublier la poupée Emilie offerte à la fille de Marie-Lou, Dora, qui m’entraine dans une atmosphère délirante. À partir de là apparaissent les petits papiers, d’où le titre Les petits papiers de Marie-Lou.

D’une ambiance cosy et chaleureuse, je passe à une période troublée où même un médium et un exorciste interviennent.

Les secrets de famille cachés sont amenés à se dévoiler et les protagonistes, comme Luce, Clovis et Virgile me surprennent. Petit à petit, Luce est obligée de raconter ce qu’elle a voulu taire à sa fille.

La plume de Corinne Javelaud est ainsi, elle vous embarque sans vous laisser de répit. Chaque chapitre vous révèle un mystère et je tourne les pages avec avidité pour connaitre la suite.

Je vous recommande chaleureusement ce nouveau roman de Corinne Javelaud, vous passerez, amis lecteurs, un très bon moment.

La galère de Décembre – Line Anker

Résumé

Le véritable amour transcendera-t-il le temps ?

Erwann ne supporte pas l’effervescence des fêtes de Noël. Que ce soit cette mielleuse hystérie collective, ou simplement sa famille soudainement oppressante, tout l’ennuie et l’énerve.

Seulement, cette année, il croise le chemin de Cassandre, son amour perdu…

Dix ans, c’est long et les choses ont bien changé. Désormais fiancée, mais surtout amnésique, Cassandre semble avoir définitivement tiré un trait sur ce qui les unissait. Pourtant, sur les conseils d’une petite fille aux yeux dorés, Erwann se prépare à se battre pour la reconquérir.

Réussiront-ils à se retrouver malgré les galères qui s’amoncellent entre eux ? Une chose est sûre, ils s’en souviendront de ce mois de décembre !

Mon avis

Quand je choisis un livre, peu importe la période, du moment que le résumé m’interpelle. La romantique que je suis n’a pas hésité en le découvrant, d’autant plus que les prénoms des héros m’ont plus d’emblée, surtout celui de Cassandre.

Si je m’en réfère au syndrome de Cassandre, je m’amuse. En effet, Cassandre, suite à un accident a perdu la mémoire, alors que dans la mythologie grecque, Cassandre a justement le don de prophétie et personne ne veut la croire à cause d’une malédiction.

C’est une histoire sucrée à souhait (ça tombe bien c’est la période de Noël) émouvante, où différents sentiments s’entrecroisent. La jalousie et les non-dits ont une place importante, mais le véritable amour sait toujours sortir son épingle du jeu.

Une blondinette aux yeux dorés et au bonnet rouge met régulièrement son grain de sel dans les différents chapitres. Elle est présente quand nos deux héros hésitent quant à la marche à suivre. Mais qui est-elle ? Pourquoi apparaît-elle justement à ces moments cruciaux ?

Une Mamy disparue et un héritage inattendu font de cette histoire un joli conte de fées qui se lit avec un réel plaisir. C’est roman qui m’a immédiatement transportée et m’a arraché quelques larmes.

Avec les deux héros, j’ai vécu la galère de décembre. J’ai respiré l’ambiance de Noël avec la famille d’Erwann, j’ai senti la froideur et la noirceur de celle de Cassandre, j’ai pesté contre Louis et partagé avec Erwann sa tristesse. Je me suis agacée avec Cassandre qui, même si elle savait qu’Erwann était l’homme de sa vie, n’arrivait pas à lui dire.

Pour résumer, c’est un cocktail charmant qui se boit avec plaisir et qui a un goût de Reviens-y.

À déguster sans modération, mais je vous aurais prévenu, amis lecteurs, vous pourriez avoir envie de ne plus quitter vos héros. Merci, Line Anker, de m’avoir fait découvrir votre plume, légère, fluide et agréable à parcourir.

Le miroir aux revenants – Nicole Provence

Résumé 

« Jure que tu garderas le secret avant d’ôter complètement la housse, ou ne reviens jamais ! » Cette phrase inscrite sur le grand miroir d’une vieille armoire m’a fichu la trouille de ma vie. Puis l’âme de mon arrière- grand- tante Agathe m’est apparue à travers une lumière jaune : mon sosie, comme une deuxième Ophélie qui avait aussi ma voix. Fan des romans d’Agatha Christie, elle m’a demandé de trouver l’assassin de son ami Théophile Lecouvreur, jardinier de son vivant. C’est ainsi que je me suis lancée dans une incroyable enquête, sans me douter que des lumières d’âmes seraient mes alliées.

Mon avis

J’ai l’habitude de lire Nicole Provence et quand elle m’a proposé de découvrir son roman jeunesse, je n’ai pas hésité, parce que je connais sa plume et son style.

Je les ai parfaitement retrouvés ici, avec des personnages ados mais tout aussi attachants.

Ophélie déménage avec son frère et sa maman. Elle déteste cette nouvelle baraquecomme elle l’appelle. Et pourtant, elle est pleine de surprises. Ophélie en fera rapidement l’expérience.

Quelle frayeur quand elle aperçoit a tante Agathe à travers le miroir et que celle-ci vient dans sa chambre… mais elle n’est pas la seule.

Quelle incroyable enquête menée par Ophélie et d’autres personnages qui sont plus ou moins liés.

Je retrouve aussi un brin de romance, distillé de-ci-delà, comme l’auteur sait si bien le faire. Adepte de ce genre d’histoire, je me suis régalée. Je n’imaginais même pas que Nicole Provence aurait pu oublier ce qui fait son succès dans ses romans. Je la félicite pour avoir mis sa plume au service de lecteurs plus jeunes.

J’ai beaucoup aimé cette histoire légère qui s’adresse à un public d’adolescents. Le langage est fluide, facile, et tout à fait à leur portée. Il ne pourra pas laisser indifférentes les filles romantiques et avides d’un brin de suspense.

Et qui n’a pas eu envie de traverser le miroir pour découvrir l’autre côté ?

Qu’importe le chemin – Martine Magnin

Résumé

« À nous, parents inquiets et ignorants, la recherche fébrile dans les dictionnaires médicaux, le décryptage impossible des graphiques d’électro-encéphalogrammes et l’interprétation plus que hasardeuse des – bilans biologiques. Le regard froid et technique des médecins blasés, leur arrogance expérimentée, hautaine et fuyante. De l’autre côté, la maladresse et l’extrême compassion des amis et de la famille n’arrangeaient rien. Leur compassion maladroite et pesante nous hérissait, on s’empêchait de les repousser avec brusquerie, ce n’était pas le moment de parler ou de partager, c’était juste le moment de comprendre et de se battre. C’était le moment de crier en silence. »

Un jour, en rentrant de vacances, Alexandre, 8 ans, fait une crise. Panique générale. La vie bien ordonnée de sa mère s’effondre. Qu’importe le chemin retrace le combat à contre-courant d’une mère et de son fils. Diagnostiqué épileptique, Alexandre sera un petit garçon fragile et sensible, puis un jeune homme en proie à de lourdes addictions qui lui feront connaître les tourments de la rue et la violence de l’enfermement psychiatrique. Sa mère sera présente à chaque instant. Sans jamais céder au désespoir ni au fatalisme, Martine Magnin livre un témoignage poignant et sincère sur l’amour d’une mère face à un enfant en dérive. »

Mon avis

Le premier mot qui me vient à l’esprit est poignant.

Non, l’histoire de Martine Magnin racontée dans ce livre n’est pas un conte. Elle aurait pu commencer par Il était une fois, sauf qu’il n’y a pas de prince charmant, seulement beaucoup et énormément d’amour tout au long de ma lecture. C’est écrit avec justesse et sans pitié. Martine Magnin ne larmoie pas sur son sort, elle accepte et ce n’est pas facile.

Cet amour est celui d’une maman qui gère au jour le jour les galères de ce que la vie lui réserve avec son fils.

J’ai eu beaucoup de mal à découvrir de page en page son histoire. Je craignais à chaque nouveau chapitre, une mauvaise nouvelle.

Je salue la pugnacité et le courage de cette maman qui ne baissera jamais les bras même si parfois, elle a honte. Honte d’avoir envie d’être sans Alexandre pour pouvoir souffler, honte de voler quelques instants de bonheur dans les bras d’un homme, honte d’accepter qu’il parte loin d’elle. Mais elle en a tant besoin pour ne pas s’écrouler, parce que si elle tombe, qui sera là pour le tenir à bout de bras son gamin ?

Que dire de ses amies, de véritables pépites qui répondent toujours présentes lorsqu’elles les appellent au secours. Combien de fois, ai-je pensé qu’est-ce que j’aurais fait moi à sa place ? Parce qu’il ne faut pas croire que ce genre de choses n’arrive qu’aux autres. Quand Martine Magnin a appris que fils était épileptique et que le chemin allait être long pour soigner cette maladie, j’ai eu mal. Comment réagir devant la douleur de son enfant et lui expliquer avec des mots simples que la vie vient de basculer pour eux deux et que ça ne sera plus jamais comme avant ?

Alexandre grandit, c’est l’adolescence qui se profile. Il en a ras le bol de ses médicaments quotidiens, lui, ce qu’il veut, c’est mener une existence normale. Pour ça, prendre d’autres drogues afin d’oublier et faire semblant d’être comme les jeunes de son âge est facile, mais à quel prix. S’ajoute alors, une nouvelle descente aux enfers pour la maman. Ces addictions coûtent chères à tous points de vue. Quel courage a Martine Magnin d’accompagner coûte que coûte Alexandre dans cette quête de bonheur artificiel et surtout d’aider à l’en sortir.

Qu’elle est longue et difficile cette route emplie de doutes et de chutes. Elle ne baissera jamais les bras et portera son fils jusqu’au bout.

Je termine par ses mots :

« Qu’importe le chemin, on récolte toujours ce que l’on s’aime ».

La Louve Cathare – Mireille Calmel

Résumé

Paris, novembre 1226, quelques jours avant le couronnement de saint Louis…

L’impétueuse Griffonelle, petite voleuse de seize ans, assiste en pleine rue au meurtre sauvage de sa mère. Rapidement, les soupçons se portent sur Amaury de Montfort, le fils de celui qui a mené la croisade en Occitanie et brûlé des centaines de cathares.

Pourquoi ce crime abominable ? à son tour, Griffonelle est la cible de Montfort. De la religion cathare, pourtant, la jeune femme ne sait rien. Il la traque, exigeant qu’elle lui remette une carte dont elle ignore jusqu’à l’existence ; une carte recherchée par les proches du roi et qui mènerait à une mine d’or cachée en Occitanie, au cœur de la Montagne Noire.

Pour échapper à cet homme et survivre, elle doit découvrir au plus vite ce que sa mère a dissimulé. Mais bientôt, tandis que les assassinats se multiplient dans l’entourage du roi, l’impitoyable vengeance d’une femme plane sur Griffonelle…

Une femme dont le nom est à jamais maudit : la Louve cathare.

Meurtres, passion amoureuse, trahisons

Un grand roman d’aventures dans les rues sombres et mystérieuses de Paris

Mon avis

Je remercie XO éditions de m’avoir envoyé ce service presse. Comme toujours, je suis immédiatement plongée dans l’ambiance historique de l’époque. Mireille Calmel a le don de vous y embarquer aussitôt avec ses personnages principaux tout d’abord, puis son décor, s’ensuivent les parfums, les costumes. Les livres de l’auteur sont construits et écrits de la même façon, mais à chaque fois, je pense que c’est mon préféré, mais c’est faux. Vous savez, quand vous êtes interrogés à la sortie d’une salle de cinéma, vous dites spontanément que c’est le meilleur film… Ici, c’est pareil, mais ce n’est pas vrai. Ils ont tous ce petit quelque chose qui vous fait aimer l’héroïne, Griffonelle dans ce roman retient toute l’attention.

Je me crois aussi dans la Cour des Miracles avec Triboulet, le nain, l’ami fidèle de Griffonnelle. Tous deux volent, chipent l’argent des riches, sans être arrêtés.

Évidemment, une menace plane sur la jeune fille qui n’en a cure finalement. Elle est amoureuse. Mais voilà, celui qui fait battre son cœur n’est pas celui qu’elle croit. J’apprécie beaucoup les ruses déployées pour le rencontrer d’ailleurs.

De même, un de ses plus fidèles amis est-il vraiment ce qu’il prétend être ?

Qui est la louve cathare ? Est-elle dangereuse ? Quel est le lien avec Griffonnelle ?

Une fois de plus, les sentiments des plus nobles aux plus abominables se croisent et s’entrechoquent.

J’ai lu ce livre à la vitesse où se déroulent les évènements. Les situations s’enchaînent sans temps mort, et que dire de l’incendie de Notre-Dame qui nous replonge dans celui plus récent.

Je savais que l’auteur avait un faible pour cet édifice, souvent présent dans ses histoires. Il est vrai que Notre-Dame de Paris existe depuis 1163, le roman ici se passe en 1226. Mireille Calmel nous explique d’ailleurs en fin de cet opus pourquoi elle a placé l’incendie à cette époque.

Alors êtes-vous prêts à découvrir NA LOBA ? Chut, ce nom est maudit et ne doit pas être prononcé, c’est à vos risques et périls.

Coup de cœur ❤❤ pourtant, il faudra s’armer de patience. Vous êtes prévenus, comme à chaque roman de l’auteur, ça se termine avec un cliffhanger, évidemment !