Qu’importe le chemin – Martine Magnin

Résumé

« À nous, parents inquiets et ignorants, la recherche fébrile dans les dictionnaires médicaux, le décryptage impossible des graphiques d’électro-encéphalogrammes et l’interprétation plus que hasardeuse des – bilans biologiques. Le regard froid et technique des médecins blasés, leur arrogance expérimentée, hautaine et fuyante. De l’autre côté, la maladresse et l’extrême compassion des amis et de la famille n’arrangeaient rien. Leur compassion maladroite et pesante nous hérissait, on s’empêchait de les repousser avec brusquerie, ce n’était pas le moment de parler ou de partager, c’était juste le moment de comprendre et de se battre. C’était le moment de crier en silence. »

Un jour, en rentrant de vacances, Alexandre, 8 ans, fait une crise. Panique générale. La vie bien ordonnée de sa mère s’effondre. Qu’importe le chemin retrace le combat à contre-courant d’une mère et de son fils. Diagnostiqué épileptique, Alexandre sera un petit garçon fragile et sensible, puis un jeune homme en proie à de lourdes addictions qui lui feront connaître les tourments de la rue et la violence de l’enfermement psychiatrique. Sa mère sera présente à chaque instant. Sans jamais céder au désespoir ni au fatalisme, Martine Magnin livre un témoignage poignant et sincère sur l’amour d’une mère face à un enfant en dérive. »

Mon avis

Le premier mot qui me vient à l’esprit est poignant.

Non, l’histoire de Martine Magnin racontée dans ce livre n’est pas un conte. Elle aurait pu commencer par Il était une fois, sauf qu’il n’y a pas de prince charmant, seulement beaucoup et énormément d’amour tout au long de ma lecture. C’est écrit avec justesse et sans pitié. Martine Magnin ne larmoie pas sur son sort, elle accepte et ce n’est pas facile.

Cet amour est celui d’une maman qui gère au jour le jour les galères de ce que la vie lui réserve avec son fils.

J’ai eu beaucoup de mal à découvrir de page en page son histoire. Je craignais à chaque nouveau chapitre, une mauvaise nouvelle.

Je salue la pugnacité et le courage de cette maman qui ne baissera jamais les bras même si parfois, elle a honte. Honte d’avoir envie d’être sans Alexandre pour pouvoir souffler, honte de voler quelques instants de bonheur dans les bras d’un homme, honte d’accepter qu’il parte loin d’elle. Mais elle en a tant besoin pour ne pas s’écrouler, parce que si elle tombe, qui sera là pour le tenir à bout de bras son gamin ?

Que dire de ses amies, de véritables pépites qui répondent toujours présentes lorsqu’elles les appellent au secours. Combien de fois, ai-je pensé qu’est-ce que j’aurais fait moi à sa place ? Parce qu’il ne faut pas croire que ce genre de choses n’arrive qu’aux autres. Quand Martine Magnin a appris que fils était épileptique et que le chemin allait être long pour soigner cette maladie, j’ai eu mal. Comment réagir devant la douleur de son enfant et lui expliquer avec des mots simples que la vie vient de basculer pour eux deux et que ça ne sera plus jamais comme avant ?

Alexandre grandit, c’est l’adolescence qui se profile. Il en a ras le bol de ses médicaments quotidiens, lui, ce qu’il veut, c’est mener une existence normale. Pour ça, prendre d’autres drogues afin d’oublier et faire semblant d’être comme les jeunes de son âge est facile, mais à quel prix. S’ajoute alors, une nouvelle descente aux enfers pour la maman. Ces addictions coûtent chères à tous points de vue. Quel courage a Martine Magnin d’accompagner coûte que coûte Alexandre dans cette quête de bonheur artificiel et surtout d’aider à l’en sortir.

Qu’elle est longue et difficile cette route emplie de doutes et de chutes. Elle ne baissera jamais les bras et portera son fils jusqu’au bout.

Je termine par ses mots :

« Qu’importe le chemin, on récolte toujours ce que l’on s’aime ».

La Louve Cathare – Mireille Calmel

Résumé

Paris, novembre 1226, quelques jours avant le couronnement de saint Louis…

L’impétueuse Griffonelle, petite voleuse de seize ans, assiste en pleine rue au meurtre sauvage de sa mère. Rapidement, les soupçons se portent sur Amaury de Montfort, le fils de celui qui a mené la croisade en Occitanie et brûlé des centaines de cathares.

Pourquoi ce crime abominable ? à son tour, Griffonelle est la cible de Montfort. De la religion cathare, pourtant, la jeune femme ne sait rien. Il la traque, exigeant qu’elle lui remette une carte dont elle ignore jusqu’à l’existence ; une carte recherchée par les proches du roi et qui mènerait à une mine d’or cachée en Occitanie, au cœur de la Montagne Noire.

Pour échapper à cet homme et survivre, elle doit découvrir au plus vite ce que sa mère a dissimulé. Mais bientôt, tandis que les assassinats se multiplient dans l’entourage du roi, l’impitoyable vengeance d’une femme plane sur Griffonelle…

Une femme dont le nom est à jamais maudit : la Louve cathare.

Meurtres, passion amoureuse, trahisons

Un grand roman d’aventures dans les rues sombres et mystérieuses de Paris

Mon avis

Je remercie XO éditions de m’avoir envoyé ce service presse. Comme toujours, je suis immédiatement plongée dans l’ambiance historique de l’époque. Mireille Calmel a le don de vous y embarquer aussitôt avec ses personnages principaux tout d’abord, puis son décor, s’ensuivent les parfums, les costumes. Les livres de l’auteur sont construits et écrits de la même façon, mais à chaque fois, je pense que c’est mon préféré, mais c’est faux. Vous savez, quand vous êtes interrogés à la sortie d’une salle de cinéma, vous dites spontanément que c’est le meilleur film… Ici, c’est pareil, mais ce n’est pas vrai. Ils ont tous ce petit quelque chose qui vous fait aimer l’héroïne, Griffonelle dans ce roman retient toute l’attention.

Je me crois aussi dans la Cour des Miracles avec Triboulet, le nain, l’ami fidèle de Griffonnelle. Tous deux volent, chipent l’argent des riches, sans être arrêtés.

Évidemment, une menace plane sur la jeune fille qui n’en a cure finalement. Elle est amoureuse. Mais voilà, celui qui fait battre son cœur n’est pas celui qu’elle croit. J’apprécie beaucoup les ruses déployées pour le rencontrer d’ailleurs.

De même, un de ses plus fidèles amis est-il vraiment ce qu’il prétend être ?

Qui est la louve cathare ? Est-elle dangereuse ? Quel est le lien avec Griffonnelle ?

Une fois de plus, les sentiments des plus nobles aux plus abominables se croisent et s’entrechoquent.

J’ai lu ce livre à la vitesse où se déroulent les évènements. Les situations s’enchaînent sans temps mort, et que dire de l’incendie de Notre-Dame qui nous replonge dans celui plus récent.

Je savais que l’auteur avait un faible pour cet édifice, souvent présent dans ses histoires. Il est vrai que Notre-Dame de Paris existe depuis 1163, le roman ici se passe en 1226. Mireille Calmel nous explique d’ailleurs en fin de cet opus pourquoi elle a placé l’incendie à cette époque.

Alors êtes-vous prêts à découvrir NA LOBA ? Chut, ce nom est maudit et ne doit pas être prononcé, c’est à vos risques et périls.

Coup de cœur ❤❤ pourtant, il faudra s’armer de patience. Vous êtes prévenus, comme à chaque roman de l’auteur, ça se termine avec un cliffhanger, évidemment !

Un Noël saupoudré d’espoir – Nathalie Brunal

Résumé

Dolly, disparue prématurément à16 ans, se voit proposer de revenir sur Terre pour redonner le sourire à ses proches.

Elle se glisse dans la peau de Gabrielle, jeune journaliste venue observer la magie de Noël, si particulière dans leur petite ville.

Mon avis

Quand j’ai refermé ce livre, je me suis sentie bien. Cette petite lueur d’espoir annoncée était bien présente.

L’histoire de Dolly est très émouvante. Alors que la jeune fille est morte d’une leucémie à 16 ans et qu’elle est projetée dans le long couloir blanc qui l’amène devant Lui, je retrouve la plume légère de Nathalie Brunal.

Je m’amuse beaucoup en découvrant la section des anges gardiens, le rire tonitruant du grand Chef que l’on n’imagine pas du tout comme ça, mais c’est bien normal, puisque personne ne l’a jamais vu. Le ton du roman est donné, ce n’est pas parce que Dolly est décédée que ça va être triste. Franchement, la vie là-bas telle qu’elle est décrite par l’auteur est fort sympathique. Je comprends que personne n’en revienne.

Donc Dolly va devoir redescendre sur terre, c’est un ordre ! il ne faut pas exagérer, le grand chef c’est lui qui décide. Redonner le sourire à sa famille, voilà sa mission. Pas facile, surtout que personne ne doit la reconnaître, sinon retour là-haut, illico presto, Lui ne rigole pas.

Elle est en formation, un tuteur va la surveiller : Peter, gourmand comme il n’est pas permis, amusant, blagueur, et… trouillard.

Que dire des costumes hilarants proposés à nos deux acolytes, de la jeunesse de l’héroïne qui, ne l’oublions pas est morte à 16 ans, ne connaît donc pas tout de la vie… Un régal à certains moments, et justement parce qu’elle est partie trop tôt, elle a envie d’aller au bout de ce qu’elle aurait pu vivre… Émotion garantie.

Je ne vais pas raconter l’histoire et comment Dolly, ou plutôt Gabrielle, va s’y prendre et si elle va réussir, mais je peux vous assurer que vous allez passer un excellent moment de lecture. Entre émotion et franche rigolade, vous allez suivre avec bonheur la jeune fille et Peter son tuteur, un brin gaffeur.

Les bons sentiments se succèdent et je retrouve l’amitié infaillible, le sens de la famille, une voisine un tantinet curieuse, et surtout Noël et ses chocolats, ses décorations, sa neige. Oui, un livre que je classerais dans ceux que je relirais avec plaisir et un coup de cœur à glisser sous le sapin.

Une seconde chance ? Pourquoi pas …

Il faut toujours croire en ses rêves d’enfant – Corinne Falbet Desmoulin

Résumé

Après « LES CADEAUX DU COEUR » et « LE RÊVE DES ÎLES », « IL FAUT TOUJOURS CROIRE EN SES RÊVES D’ENFANT » est le troisième tome d’une trilogie. Cependant, chaque roman peut être lu indépendamment. Vous retrouverez dans cet opus les univers de Violaine, auteure malentendante qui a su toucher le cœur de ses lecteurs. Son passé va la rattraper. Pourquoi un inconnu la menace-t-il en lui envoyant des lettres anonymes ? Quel secret poignant cache-t-elle, qui va soudain éclater en plein jour ? Qui est cette mystérieuse Florence, se trouvant si souvent sur son chemin ? De leur côté, Romane et Célestin vont devoir affronter l’adolescence difficile de leur fille Emma. Comme dans le deuxième tome, le jeune Gabriel amène sa propre vision pleine d’humour sur la situation. À travers son écriture fluide, précise et poétique, Corinne Falbet-Desmoulin offre à nouveau dans cet ouvrage un suspense soutenu, un regard sur ses personnages empli d’émotion et de tendresse, ainsi qu’un dénouement auquel personne ne s’attendait.

Mon avis

Je connais la plume de Corinne Falbet-Desmoulin, mais je n’ai pas lu les deux premiers tomes de cette trilogie. Comme le dit l’auteur, le lecteur peut très bien découvrir ce troisième opus sans avoir vu les deux premiers. C’est vrai, mais je le regrette un peu.

Cette histoire est très émouvante et très prenante. Elle est écrite par une main douce qui trace tout en délicatesse le parcours de Violaine.

Violaine est une écrivaine malentendante, mais ce n’est pas vraiment le sujet, il est abordé, sans s’y attarder. Oui, elle rencontre des difficultés pour aller au-devant de son public, d’ailleurs elle le craint, mais quand son éditrice lui propose un contrat, même avec appréhension, elle accepte, parce qu’elle veut faire plaisir aux gens et les rendre heureux. C’est le fil conducteur du roman. L’amour est partout, le bien d’autrui aussi, le bonheur qui se découvre peu à peu, la peur, l’aveu, que de beaux sentiments qui ne peuvent laisser la lectrice que je suis indifférente.

Corinne Falbet-Desmoulin a le don de vous embarquer avec des mots simples dans son univers et dans celui de ses héros. La lecture est agréable, touchante. J’ai eu l’impression d’assister à un film qui se déroule, tranquillement, sans un bruit, comme dans la vie de tous les jours. Les chapitres s’enchainent naturellement toujours à la première personne, alors que les acteurs changent. Que ce soit Violaine, Romane, Ernesto, tous parlent en leur voix propre, à l’instant, qu’il soit gai ou triste.

Certains passages m’ont bouleversée, je vous laisse les découvrir, mais la chute est à l’image de Violaine. Il ne pouvait pas en être autrement.

C’est un beau roman qui vous serre le cœur, je vous le conseille parce qu’il faut toujours croire en ses rêves d’enfant.

La source des Elfes – Nathalie Antien

Résumé

Dans une contrée lointaine, des êtres tous issus de villages ou d’origines différentes viennent à se rencontrer au beau milieu de la forêt. Tous cherchent la même chose : la source des elfes. Spiralia, un druide surprenant, leur raconte des légendes étonnantes et les conduit vers La Source, qui, au travers de multiples péripéties, s’avère être tout d’abord particulièrement inaccessible. Chacun doit franchir des étapes afin de pouvoir poursuivre. Sheron et Mangue, deux jeunes enfants de 10 ans, traversent ensemble les nombreuses difficultés. Des rencontres hasardeuses renforcent leur courage et leur détermination à trouver La Source.
Une histoire qui évolue entre fantasy, conte, imaginaire et aventure. Le jeune lecteur y fera des rencontres fascinantes. C’est bien sûr un ouvrage qui suscite l’imagination et entretient le rêve. J’espère que vous aimerez mon univers.

Mon avis

Il paraît que cet ouvrage est pour les jeunes lecteurs, soit ! Mais qu’est-ce que ça fait du bien de lire cette histoire. Je me suis régalée.

Oui c’est un roman jeunesse et c’est tout à fait adapté. J’ai retrouvé en parcourant les étapes avec Sheron et Mangue, mon âme d’enfant.

La recherche de La Source avec toutes les embûches rencontrées fera frissonner gentiment les deux amis. Seul, un passage par le feu pourrait heurter les plus sensibles, mais je n’ai rien trouvé qui pourrait leur faire peur. Bien au contraire, ils vivront un bon moment et dévoreront cet ouvrage pour enfin connaître le dénouement. C’est doux, sucré. La couverture est à l’image de l’histoire qui se lit très facilement.

Comme elle en a l’habitude, Nathalie Antien distille à petites doses des petites réflexions par exemple quel être le plus cher êtes-vous capable d’aimer ? Il faut répondre sans mentir et la première réponse sera la vérité. Les enfants ont-ils réussi cette épreuve ? Deux autres les attendront afin de parvenir à La Source. Un soupçon de fantasy et le tour est joué.

Tout au long du chemin, Sheron et Mangue ainsi que Spiralia deviendront amis et se respecteront.

Toutes sortes d’animaux bizarres, mais plus ou moins sympathiques apparaîtront, juste pour susciter l’imaginaire. J’avoue que moi j’ai été embarquée, mais j’ai gardé une âme d’enfant alors tous ces personnages sortis de nulle part, je les ai vus et j’ai voyagé avec eux.

Quel beau voyage que la source des elfes.  À découvrir rapidement. Les enfants, vous allez vous régaler.

COMMEDIA NOSTRA – Sylvain GILLET

#chroniquelittéraire #lectures #roman

Résumé

Pour Antoine Aria, vieux tragédien au chômage, la coupe est pleine. Jouer la carotte dans une publicité alimentaire est indigne de lui. Alors, quand on lui propose d’interpréter un ancien chef mafieux pour un cachet à nombreux zéros, il n’hésite pas. Seulement cette fois nous serons sur du live. Les partenaires n’auront que très peu connu le Conservatoire et les flingues seront bien réels. Une réconciliation des branches française et américaine de la « Famille » assez éloignée d’une quelconque distanciation brechtienne, qui pourra s’avérer… plutôt dangereuse.

Mon avis

De prime abord, je tiens à remercier Sylvain Gillet pour m’avoir proposé son roman. Ensuite, sa plume gouailleuse et comique à souhait m’a plu de bout en bout.

« Il doit se reprendre et se concentrer davantage. Tel un kilo de tomates désireux d’apporter goût et saveur à un plat de spaghettis, il se concentre donc ».

« Si une mouche tombe dans leur verre, ce n’est pas ce soir qu’elle va apprendre le crawl ».

Antoine Aria, vieux comédien qui n’a pas sa langue dans sa poche, qui se prend pour le meilleur des artistes, est impayable. Il m’a fait rire, m’a émue, m’a agacée, et m’a attendrie.

Pour tous, il est le meilleur, impossible de le contredire. Gare à sa colère sinon !

Clarence Charvel, autre comédien de la même trempe, le déteste. Antoine le lui rend bien. Ils se trouvent toujours sur les mêmes coups, les mêmes rôles.

Max Malakian est leur agent, véreux, aimant l’argent, et les mettant toujours en face l’un de l’autre.

Le rôle que va devoir tenir Antoine dépasse toutes ses espérances. Il devient Pepe. Il met toute son énergie à devenir ce mafieux. Celui-ci est mort, mais pour récupérer le trésor familial, il doit toujours être vivant, c’est ce qu’il apprend de la bouche de son fils François. C’est donc ce rôle qu’il doit interpréter. Il y met tout son cœur.

Grâce à sa ressemblance avec Pepe disparu, il doit pouvoir rencontrer la famille et surtout le frère qu’il n’a pas vu depuis longtemps, mais avec qui il est fâché, une histoire de femmes en est la cause. C’est donc tout à fait un rôle à sa portée. Ce qu’il ne sait pas c’est qu’il y a énormément d’argent à la clé, que Max Malakian le trompe du début jusqu’à la fin, qu’il va risquer sa vie et peut-être même l’y laisser.

Peu à peu, le rythme s’accélère, surtout quand la confrontation entre la famille de son frère et la sienne a lieu. La surprise et la colère prennent le dessus et la plume de l’auteur s’envole et je me régale.

Le cimetière où la réconciliation a lieu est écrit à la manière d’un film à la Audiard avec les tontons flingueurs. C’est un plaisir de lire les dialogues qui s’enchainent à un rythme soutenu. La scène où les deux frères s’affrontent sur leur passé est à marquer d’une pierre blanche.

Je vous conseille vivement ce roman. Vous passerez un excellent moment de lecture et vous ne serez pas au bout de vos surprises jusqu’à la dernière page où l’auteur a réussi à m’arracher une larme puis m’a fait rire. Sylvain Gillet a plus d’un tour dans son sac, croyez-moi.